Accueil
separation
Ancizan
separation
Aulon
separation
Barrancoueu
separation
Bazus-Aure
separation
Cadéac
separation
Gouaux
separation
Grézian
separation
Guchen
separation
Lançon
separation
Présentation des villages
separation
Patrimoine
separation
Pastoralisme
separation
Neste
separation
Arbizon
separation

agrandirdiminuerimprimer

trefle Pastoralisme

Malgré la montée du tourisme et la diminution constante du nombre d'exploitations, l'agriculture continue de jouer un rôle important dans nos villages.
Caractérisée par le milieu naturel, cette agriculture que l'on peut qualifier de "pastorale" s'appuie sur la montagne et les espaces collectifs que l'on y trouve.

Le pastoralisme qualifie l’activité agricole qui consiste à faire pâturer les animaux d’élevage dans des zones herbagées d’altitude, le plus souvent gérées collectivement, de façon à fournir l’alimentation des troupeaux dans une période variable, échelonnée entre mai et octobre.

Depuis des siècles, nos vallées sont habitées. Les paysages ont été façonnés par les activités qui s’y sont pratiquées. L’habitat, les sentiers, les paysages sont le résultat de centaines d’années de pratique de ces espaces naturels et bâtis. Tous ces éléments présents aujourd’hui ont traversé les âges et sont les témoins de la vie de nos ancêtres.
Bien sûr, le progrès et la modernité sont passés par là, laissant derrière eux des aménagements routiers ou de nouvelles formes d’habitations. Les villages, comme les hommes, ont évolué au fil du temps.

La montagne, comme le milieu rural dans son ensemble, a connu le dépeuplement. Puis nos vallées ont bénéficié d’un nouvel essor, directement lié au développement du tourisme qui redonna vie aux villages. Les activités de loisirs et les structures d’accueil qui y sont liées ont gagné peu à peu de la place sur les espaces naturels.
Il a donc fallu que chacun trouve sa place sur ce territoire. Pour y contribuer une signalétique pastorale est en place.
Dans cet environnement tout de même préservé, nombreux sont les « vestiges » de cette époque ou l’agriculture constituait la principale activité dans nos villages.

Le pastoralisme, activité caractéristique de l’agriculture de montagne, en témoigne. La transhumance reste aujourd’hui indispensable à la survie des exploitations de nos villages, qui ne peuvent compter sans l’apport de fourrage que constitue la montée des troupeaux (ovins, bovins, équins) dans les zones intermédiaires puis sur les estives, pendant 3 à 6 mois de l’année (période estivale).


Différents cas de figure se présentent pour la gestion de ces estives :

  • Certaines communes gèrent des "communaux" sur leur propre territoire, c'est le cas d'Ancizan, d'Aulon, Cadéac et Lançon;
  • Certaines communes se sont regroupées pour gérer un territoire en indivision sur l'une des communes membres. Il en va ainsi pour la Commission syndicale des IV Véziaux d'Aure qui regroupe Ancizan, Cadéac, Grézian et Guchen et gère des terres situées sur le territoire administratif d'Ancizan. Ainsi que pour le Groupement pastoral de la Hosse qui regroupe Barrancoueu et Arreau.
  • D'autres communes sont propriétaires d'estives en dehors de leur territoire administratif. Ainsi, Bazus-Aure possède des estives sur la commune d'Aragnouet, en indivision avec la commune de Guchan. Ce territoire, situé dans la vallée de la Gela, est géré par la Commission syndicale Bazus/Guchan.

Si aujourd’hui le tourisme occupe une place privilégiée dans l’économie locale, on ne peut oublier que les fondements de l’économie valléenne reposent sur des traditions agro-pastorales fortes, toujours présentes.


separation
 
 
Réalisation 2008 - www.otidea.com