Blog

Les fourmis ne sont pas les seules petites bêtes à vivre dans nos jardins

Le jardin: tout un écosystème en activité

Les fourmis ne sont pas les seules petites bêtes à vivre dans nos jardins

Avoir un jardin en bonne santé composé de légumes, d’arbustes à fleurs ou encore d’arbres fruitiers, c’est souvent le rêve de nombreux jardiniers du dimanche qui ne ménagent pas leur peine pour qu’il soit beau et qu’il leur donne de délicieux fruits ou légumes. Mais ce beau rêve est possible à la condition de rester vigilant car de minuscules ennemis convoitent cette formidable source de nourritures livrées à leurs appétits féroces. Il existe de très nombreux nuisibles qui peuvent présenter des risques pour les vergers, les potagers ou les bosquets de fleurs, passons en revue quelques uns d’entre eux.

Chaque espèce d’insecte a son végétal préféré, c’est pour cette raison qu’un jardinier doit connaître les principaux parasites qui pourraient envahir son jardin, surtout que certains ne se cantonnent pas aux plantes placées à l’extérieur, ils sont aussi friands des végétaux d’intérieur. Cependant, savoir détecter ces indésirables n’est pas le seul problème, il faut pouvoir les chasser de son jardin, et les insecticides ne sont pas toujours la meilleure solution, heureusement, les alternatives naturelles peuvent êtres aussi efficaces. Les araignée rouges, ou acariens, ne sont pas forcément toutes rouges, elles peuvent être vertes, oranges, brunes, elles sont nommées araignées car elles ont huit pattes. Elles ravagent les pommiers, les vignes, elles sucent la sève des arbres ce qui ralentit leur croissance, il peut arriver qu’ils se dessèchent et meurent. Pour lutter contre les araignées rouges il faut couper les branches colonisées et les brûler puis pulvériser une décoction de prêle ou de purin d’ortie.

Les cochenilles sont des parasites très connus, il en existe plusieurs sortes de différentes couleurs et de formes, elles sont présentes toute l’année, sauf en hiver, et se nourrissent de la sève des plantes, elles ne les tuent pas mais une fois qu’elles commencent, les feuilles jaunissent et l’arbre est infesté d’amas blanchâtres cotonneux, c’est ainsi que l’on repère les cochenilles. Pour en venir à bout, il faut couper les parties de la plante infestées, les brûler et ensuite propager du savon insecticide ou un produit composé de pyrèthre.

Les chenilles sont une espèce envahissante des jardins domestiques, ce sont de véritables escadrons qui attaquent les arbres fruitiers. Elles y font leurs nids, trouent les feuilles, il est désolant de voir les dégâts infligés aux feuillages, et à la longue, les plantes sont susceptibles de succomber à l’invasion des chenilles. La solution, dans un premier temps, est de décoller les nids aux jet d’eau puissant ou, pour en finir définitivement, utiliser un insecticide à base de pyrèthre.

Les limaces, ces gros vers gluants s’en prennent sans retenue aux tubercules comme les carottes, les panais, les pommes de terres et tout autres fruits du verger, mais aussi les feuilles et les pétales peuvent faire partie de leur menu. Les limaces sont rapidement repérables par les traînées poisseuses que l’on peut observer sur les feuilles et sur le sol. Pour les détruire, un verre de bière bien calé dans le sol fera l’affaire, elles n’y résistent pas, il est possible aussi de les asperger de sel.

Jardiner est une activité appréciée par beaucoup mais elle est fatigante et prenante, le jardinier n’a pas une minute à lui entre les mauvaises herbes qu’il faut arracher et les très nombreux insectes qui prolifèrent parmi les plants de légumes et les arbres fruitiers. Des solutions écologiques sont consultables en ligne pour un effet dissuasif comme utiliser du marc de café comme répulsif pour se débarrasser des fourmis, car de nombreux insectes sont nuisibles mais d’autre sont utiles et même sont les alliés des jardiniers comme la coccinelle qui est un redoutable prédateur des multiples parasites qui menacent la santé des légumes, des arbres fruitiers et des arbustes de nos superbes jardins.

Presse

Le journalisme : est-ce utile ?

Dans un pays où les dirigeants monopolisent le pouvoir, cette question ne se pose même pas car la réponse est un grand « oui ». Dans un tel pays,  il faut se battre pour le droit d’expression.  Les dirigeants n’ont pas le droit d’imposer quoi que ce soit à la population. Après tout, s’ils sont au pouvoir, c’est grâce à la population. Donc, si c’est la population qui donne le pouvoir, elle doit avoir la possibilité de le retirer.

Le journalisme militant

Dans un pays où la démocratie est respectée, le journalisme prend tout son sens. Les gens ont le droit de dénoncer le système et les dirigeants sont à l’écoute du peuple afin de mieux cerner leurs attentes. Les journalistes jouent ainsi l’intermédiaire entre les deux parties, car ils notent les avis de la population et les diffusent à travers les journaux, les chaînes de télévision et autres.

Par ailleurs, le journalisme peut adopter son côté militant quand le droit de s’exprimer n’est pas respecté. Les journalistes se battent alors afin de profiter à nouveau de ce droit naturel. Bien entendu, tout en militant, les vrais journalistes continuent à respecter l’éthique et la déontologie liées à leur métier.

Le journalisme pur

C’est la face la plus connue du métier de journaliste. Certes, les journalistes ont pour premier objectif d’informer et pour cela, ils n’hésitent pas à faire des investigations ou encore à interviewer des personnes clés. Les vrais journalistes n’inventent pas les nouvelles. Ils se contentent de diffuser les informations qu’ils ont collectées. Ils n’ont pas le droit d’apporter des modifications au risque de changer complètement l’information à véhiculer.

Le journalisme, quand il est destiné uniquement à informer les citoyens, doit respecter les règles d’or de la discipline. Les journalistes concernés doivent être à cheval sur le respect de l’éthique et de la déontologie liée au métier. Ainsi, les informations qu’ils véhiculent seront des informations basées sur des faits concrets et vérifiables.  Ces informations nourrissent la population et leur permettent d’avancer en toute connaissance des choses.

Le journalisme qui dénonce

Quand tout va mal dans la société, les journalistes peuvent dénoncer. Ce sont surtout les journalistes critiques qui s’adonnent à cette activité. Les critiques peuvent concerner plusieurs choses notamment le mode de gouvernance, le système adopté dans la société et bien d’autres encore. Il ne s’agit pas ici de critiques gratuites, mais des critiques fondées sur des analyses faites au préalable. L’objectif des journalistes qui s’adonnent à cette activité est de participer à l’amélioration de la vie en société, du système de gouvernance et bien d’autres encore.

Sans cette branche du journalisme, la population est obligée de subir la pression du système. Elle n’a pas son mot à dire et doit endurer même les choses qu’elle n’approuve pas. Grâce aux journalistes, elle peut leur transmettre son message et ces derniers font en sorte qu’il arrive aux autorités concernées. Ces derniers sont alors obligés de prendre les mesures adéquates au risque de subir la colère de la population.

Mais Véziaux c’est aussi un cadre de vie que nous vous encourageons à découvrir

Véziaux une ville où il fait bon vivre

Des multiples activités sont en effet possibles à Véziaux et nous adorons cette ville, ce qui nous permet de la présenter avec plus de détails !

Dans la région Midi-Pyrénées c’est un joyaux qui se laisse découvrir plutôt facilement. Un panel important d’activité en liens avec l’actualité sont possibles. Un agenda chargé vous permet d’en prendre davantage connaissance.

Des projections sont proposées pour différents publics notamment lors des vacances de Noël. La ville propose aussi de multiples ressources administratives afin de faciliter les démarches de chacun.